Lux in tenebris

Une lumière dans les ténèbres ?

Histoire de deux siècles d’absurdités collectives

L’Anthropocène l’âge de l’homme, nouvelle ère géologique, celle des apprentis sorciers.
Celle de l’Homme, l’Homo sapiens, boulimique dans l’exploitation de ses ressources depuis environ deux siècles, sans vraiment se soucier des conséquences de ses actes.
Un appétit exponentiel qui péjore notre génération, et plus encore celles du futur.
Mais comment cela a-t-il bien pu se faire ?

Au nom du progrès
Un documentaire réaliste sur les évènements historiques significatifs, un bon résumé à voir absolument !
(le commentaire est en français sauf un court début en anglais sous-titré)

La Terre pourrait connaître ses années les plus chaudes entre 2023 et 2027

La Terre pourrait connaître ses années les plus chaudes entre 2023 et 2027.html

La période 2023-2027 sera avec une quasi certitude la plus chaude jamais enregistrée sur Terre, sous l’effet combiné des gaz à effet de serre et du phénomène météorologique El Niño, qui font grimper les températures, a averti mercredi l’ONU.

Nappes d’eau souterraine au 1er mai 2023

Que retenir ?
● Les pluies de mars et avril ont rechargé les nappes réactives à peu inertielles des secteurs arrosés
● La situation s’améliore considérablement sur le Massif armoricain, le littoral de la Manche et le Grand-Est

La situation demeure peu satisfaisante sur une grande partie du pays : 68% des niveaux des nappes phréatiques restent sous les normales mensuelles en avril (75% en mars 2023).

https://www.brgm.fr/fr/actualite/communique-presse/nappes-eau-souterraine-au-1er-mai-2023

Risque de sécheresse sur les nappes à enjeux pour 2023
Selon le BRGM, les prévisions pour l’été 2023 se révèlent assez pessimistes, avec un risque de sécheresse fort à très fort sur une majorité des nappes.
Les nappes ont connu un étiage sévère en octobre-novembre 2022 et la recharge de l’automne et de l’hiver 2022-2023 a été déficitaire.
Seules les nappes ayant bénéficié d’une recharge excédentaire, notamment en fin d’hiver et début du printemps 2023, affichent un risque faible.

Il faut aussi pointer le phénomène météorologique El Niño, ce courant chaud du Pacifique qui va très probablement influencer le climat de nos régions et favoriser un état de sécheresse aggravée des nappes.

Les pratiques agricoles entraînent le déclin des populations d’oiseaux dans toute l’Europe

(Voir l’article précédent du blog à ce sujet)

Il faut promouvoir l’agriculture locale, régional, nationale et européenne, afin de tendre à l’autosuffisance et ainsi globalement à aboutir à moins de dépendances extracontinentales.
Nous avons perçu les conséquences négatives dues à trop de mondialisation, aux risques sanitaires inter-frontières, aux conflits non maîtrisés, etc …

Mais l’utilisation des sols doit se faire sans péjorer la biodiversité, et avec le respect que nous devons à l’environnement, en mutant rapidement sur d’autres pratiques agricoles.

Selon cet intéressant compte-rendu du PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America (« Comptes-rendus de l’Académie nationale des sciences des États-Unis d’Amérique »)), les pratiques agricoles actuelles entraînent le déclin des populations d’oiseaux dans toute l’Europe.

Statistiques en relation avec ce compte-rendu:
Population d’oiseaux et dynamique de la pression
Les séries chronologiques d’oiseaux communs en Europe ont montré une baisse générale de l’abondance entre 1980 et 2016 (−25,4 % ± 2,8) ( Fig. 1.
Ce déclin n’est pas également réparti entre les différents groupes d’espèces. Plus précisément, les populations d’espèces des terres agricoles ont été plus touchées (−56,8 % ± 4,9, Fig. 1 A ) que d’autres groupes d’oiseaux communs tels que les oiseaux des bois (−17,7 % ± 9,0, Fig. 1 B ), les citadins (−27,8 % ± 3,6, Fig. 1 C ), les habitants du froid (−39,7 % ± 3,1, Fig. 1 D ) et les habitants du chaud (−17,1 % ± 8,1, Fig. 1 D).
De plus, les espèces des terres agricoles et des habitants du froid sont universellement en déclin dans presque tous les pays européens ( Fig. 1 A et D ), à l’exception de certains pays de l’Est pour lesquels les données de suivi sont disponibles sur une période plus courte, alors que les tendances sont plus diversifiées entre les pays, pour les citadins et les boisés ( Fig. 1 B et C ).

Une hétérogénéité significative des facteurs potentiels de changement des populations d’oiseaux existe entre les pays, notamment en ce qui concerne le type et l’intensité des changements d’utilisation des terres ( Fig. 2 ).
Par exemple, l’intensification agricole (+2,1 % ± 0,9 entre 2007 et 2016, Fig. 2 A ) et l’urbanisation (+0,4 % ± 0,0 entre 2009 et 2016, Fig. 2 C ) sont plus sévères dans les pays d’Europe occidentale que dans les pays d’Europe orientale.
Le changement de température est plus rapide aux hautes latitudes (+13,2 % ± 10,5 entre 1996 et 2016, Fig. 2 D ), tandis que la progression des forêts naturelles ou des plantations forestières est dépendante des pays (+2,1 % ± 0,1 entre 1996 et 2016, Fig. 2 B ).

cmam-bw

Quelque 20 millions d’oiseaux disparaissent en moyenne chaque année en Europe

La dure réalité de l’effondrement des espèces animales européennes.
Ne pas attendre qu’il soit trop tard pour réagir !

https://www.rts.ch/info/sciences-tech/environnement/14026242-quelque-20-millions-doiseaux-disparaissent-en-moyenne-chaque-annee-en-europe.html

La course contre la montre pour échapper au cyclone Mocha

Un clip vidéo retraçant bien cette terrible journée pour les réfugiés rohingyas.

La course contre la montre pour échapper au cyclone Mocha https://www.20min.ch/fr/video/la-course-contre-la-montre-pour-echapper-au-cyclone-mocha-495163973198

Autrefois adulés, les météorologues sont aujourd’hui décriés

La météorologie, il faut bien le reconnaître, est une science inexacte qui dépend plus de probabilités que d’affirmations.
Mais aujourd’hui avec les modèles numériques, la précision sur un court ou moyen terme s’avèrent bien acceptables.

Autrefois adulés, les météorologues sont aujourd’hui décriés https://www.rts.ch/info/sciences-tech/environnement/14023309-autrefois-adules-les-meteorologues-sont-aujourdhui-decries.html

Le cyclone Mocha sur les terres birmanes

C’était envisagé !
Le cyclone #Mocha (ou #Moka) a abordé la #Birmanie, notamment à #Sittwe, et la situation s’avère plutôt difficile, voire catastrophique.
Des précipitations importantes sont attendues, selon certains experts entre 200 et 800 millimètres, et des vents de plus de 200 km/h.

Hormis les conditions météorologiques, évoquons aussi les terribles conséquences pour les populations de ces contrées.
Terrible !

Les nappes phréatiques en Bresse bourguignonne

L’image des nappes phréatiques pour la France démontre, en ce qui concerne la Bresse bourguignonne, un niveau modérément bas.
Globalement, la recharge des nappes pendant la période printanière n’est pas optimum, la végétation absorbe l’essentiel des averses pour son propre développement.

La pluviométrie de ces dernières semaines n’enrayera probablement pas le déficit actuel.

Dépression au-dessus de la mer du Labrador

Au lever du jour le 10 mai 2023, au-dessus de la mer du Labrador, le satellite t1 de la NOAA permet de visualiser un vaste système dépressionnaire.
Il est aussi possible de distinguer la fumée des incendies de forêt à l’Ouest de Canada aspirée en direction du Sud-Est.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén