Lux in tenebris

Une lumière dans les ténèbres ?

Photographe passionné, il nous transmet ses magnifiques images sur la biodiversité.

Il bourlingue entre Suisse et France, et s’imprègne profondément des milieux naturels qu’il visite pour prendre de belles images de cette nature sauvage encore intacte.
Une fois de plus il nous emmène sur ses pas à la découverte d’ophidiens, de lépidoptères, d’insectes, de la faune avicole, de la faune en général.
Une overdose oculaire sur la beauté de notre environnement !

Quelques papillons et insectes

Faune avicole et autre

Denis Oberson, ornithologue amateur

Il est une beauté sensible dans le seul son de ces mots « la bonne terre ». Ils suggèrent à notre esprit la vision des divers éléments et forces de la nature travaillant en pleine harmonie. De tout temps l’imagination des hommes a été enflammée par la conception d’une « symphonie de la terre » …
Fairfield Osborn – « La planète au pillage » 1948

Juillet 2023, le mois de tous les (affligeants) records !

Au fil de ces dernières années, le climat de la planète a basculé dans l’inimaginable, dans l’impensable pour la conscience collective il y a seulement quelques décennies.
Mais aujourd’hui il faut bien admettre que l’on est propulsés vers des développements plutôt dramatiques.
Une accélération exponentielle des températures de l’atmosphère et des océans, liée aux vagues de chaleur en divers point de la planète met en exergue des catastrophes en série.

Selon l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) et Copernicus, juillet 2023 devrait être le mois le plus chaud jamais enregistré
Il est extrêmement probable que juillet 2023 soit le plus chaud jamais enregistré, après le mois de juin 2023, de même le plus chaud jamais enregistré.
« Il ne faut pas attendre la fin du mois pour le savoir. À moins d’une mini-ère glaciaire au cours des prochains jours, juillet 2023 battra des records à tous les niveaux », a déclaré le secrétaire général des Nations unies, António Guterres.

Température quotidienne globale de l’air en surface (°C) du 1er janvier 1940 au 23 juillet 2023

Température moyenne mondiale de l’air en surface pour les 23 premiers jours de juillet pour tous les mois de juillet de 1940 à 2023

Température globale quotidienne de la surface de la mer (°C) moyenne sur le domaine 60°S–60°N tracée sous forme de séries chronologiques pour chaque année du 1er janvier 1979 au 23 juillet 2023

Anomalies océaniques au 31 juillet 2023

Les catastrophes planétaires de cette année 2023 corroborent bien l’évolution du climat en surchauffe, qu’il n’est d’ailleurs plus possible d’occulter.
Ces quelques constats sont significatifs :
Une chaleur et des pluies exceptionnelles, des incendies de forêt et des inondations marquent un été extrême
Un mois avant son pic habituel, l’océan Atlantique Nord bat son record de chaleur
Chine : la région de Pékin affronte les pluies torrentielles du typhon Doksuri
Colombie-Britannique – Feux de forêt : les autorités ordonnent l’évacuation d’Osoyoos
Etats-Unis : un incendie de 300 kilomètres carrés en Californie et au Nevada
Europe, Canada… les incendies de cette année sont-ils plus violents que les étés précédents ?
Arbres arrachés, grêlons… Les images impressionnantes d’une « tornade » dans le Puy-de-Dôme
Effondrement des calottes glaciaires et des glaciers, sécheresses précoces, et bien d’autres encore …

Le basculement

Inédit, incroyable !
Hallucinante immersion dans l’inconnu, et pourtant en 2023 nous y voilà !
Un dérèglement du climat sans précédent à l’échelle de l’humanité, avec de terribles conséquences sur le vivant.
Le 6e rapport de synthèse du GIEC du 20 mars 2023 est éloquent, mais semble bien se situer en dessous de la réalité vécue depuis le début de cette année.

Vague de chaleur planétaire extrême et persistante

Tous les indicateurs pointent en rouge :
Température de la terre et des océans en surchauffe
Mégas incendies
Glaces des Pôles qui fondent et qui ne récupèrent pas en saison froide
Perte considérable de masse glaciaire au niveau mondial
En clair, l’humanité étouffe !

Le monde suffoque face à la chaleur – BFM TV

Avec les températures très élevées partout dans le monde, peut-on parler d’une canicule mondiale ?

État de la température mondiale au 19 juillet 2023

L’Europe n’est pas en reste et connaît certaines des températures les plus chaudes de l’été 2023 à ce jour, alors qu’un «dôme de chaleur» s’étend sur la moitié sud du continent.
Le pourtour méditerranéen bouillonne et ne cesse de battre des records sur terre et mer, on enregistre par endroit des pointes de températures à plus de 40°C.

Une journée du 19 juillet 2023 significative

Et pourtant nous étions déjà conscients de ce qui pouvait se passer …
« Notre maison brûle et nous regardons ailleurs»
Cette phrase culte prononcée par Jacques Chirac lors du IVe sommet de la Terre, en 2002, de par sa tournure prophétique reste gravée dans l’histoire.

… et nous regardons toujours ailleurs

Nappes d’eau souterraine au 1er Juillet 2023

Que retenir ?
● La période de recharge 2022-2023 a été déficitaire sur une grande partie du territoire.
● Les pluies du début du printemps ont permis d’engendrer des épisodes de recharge et de repousser le début de la période de vidange sur les secteurs les plus arrosés.
● En juin, les précipitations ont été peu bénéfiques pour les nappes.
● La vidange est active sur la plupart des nappes : 75% des points d’observation sont en baisse en juin (60% en mai).

Sur les deux-tiers nord du territoire, les niveaux sont en baisse.
Ce constat est habituel pour la période.
Les pluies de fin de printemps et de l’été ne sont que peu efficaces pour les nappes ; les eaux infiltrées dans les sols permettent d’humidifier les sols et profitent à la végétation.
Sur le tiers sud, les pluies de mai avaient permis d’humidifier les sols et d’alimenter la végétation.
En juin, les pluies ont eu un impact contrasté sur les nappes, selon la réactivité de la nappe et les cumuls pluviométriques locaux.

Rapport complet sur la situation hydrogéologique au 1er juillet 2023
En direct sur le site de la Météo de Montret (71440) en Bresse bourguignonne

Risque de sécheresse sur les nappes à enjeux pour 2023
Selon le BRGM, les prévisions pour l’été 2023 se révèlent assez pessimistes, avec un risque de sécheresse fort à très fort sur une majorité des nappes.
Les nappes ont connu un étiage sévère en octobre-novembre 2022 et la recharge de l’automne et de l’hiver 2022-2023 a été déficitaire.
Seules les nappes ayant bénéficié d’une recharge excédentaire, notamment en fin d’hiver et début du printemps 2023, affichent un risque faible.

Il faut aussi pointer le phénomène météorologique El Niño, ce courant chaud du Pacifique qui va très probablement influencer le climat de nos régions et favoriser un état de sécheresse aggravée des nappes.

Remarquable anomalie de la température moyenne mondiale le 4 juillet 2023

Anomalie de température au 4 juillet 2023 (cliquer sur l’image pour agrandir)

L’analyse de l’organisation ClimateReanalyzer.org pour le 4 juillet 2023 démontre que l’anomalie conséquente de température par rapport à la moyenne mondiale ne cesse de s’accroître.
Si l’on effectue une comparaison de la température moyenne selon la normale 1979 – 2000 qui est de 16,20°C, avec la température observée de 17,18°C, l’écart de 0,98°C continue à s’avérer considérable.
Le décrochage se maintien et reste inquiétant, d’autant plus que l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) déclare l’apparition des conditions El Niño.
L’année en cours paraît bien se profiler pour être la plus chaude jamais enregistrée sur le plan planétaire.

L’anomalie de température à deux mètres sur l’ensemble du globe, est évidente sur l’image ci-dessous.
On visualise bien les zones chaudes hors-normes qui sont majoritairement dominantes.

Situation précédente

Deux mois catastrophiques de feux de forêts au Canada

Incendie au Nord-Est de la Colombie-Britannique.
Photo by Icon sport/BC Wildfire Service/Handout via Xinhua

Au Canada, on n’en finit plus d’éteindre les feux de forêts et deux mois après les premiers incendies, la situation ne s’améliore pas !
Contrairement à ce que l’on peut penser de leur origine, il semble bien que l’essentiel de ces embrasements exceptionnels de ce mois-ci, ne soit pas l’œuvre de la main de l’homme, mais qu’ils aient été déclenchés majoritairement par la foudre.

Ce n’est pas terminé, la plupart des incendies ne sont pas maitrisés, les moyens à disposition ne peuvent que très difficilement endiguer ces incendies à répétitions.
Environ 500 feux de forêt sont actuellement recensés.
Selon les autorités, 229 d’entre eux sont actuellement « hors contrôle ».

Le pays est sous le coup d’une catastrophe gigantesque avec des répercussions internationales.
La pollution des feux de forêt peut se propager sur de grandes distances, affectant même des régions éloignées des zones d’incendie.
Il en résulte qu’elle a été véhiculée par les vents, aux États-Unis et en traversant l’Atlantique, sur le continent européen.

New-York (USA)
New-York (USA)
Déplacement des fumées, région des Grands Lacs (Canada-USA)
Trajectoire des particules en direction de l’Europe

Pollution minimale en Europe, selon les scientifiques, mais quelques questions se posent entre les effets conjugués de la pollution ambiante et celle additionnée des particules de fumée des incendies canadiens.

Mais qui suis-je ?

S’abonner pour poursuivre la lecture

Abonnez-vous pour avoir accès à la suite de cette publication et au contenu réservé aux abonnés.

Déjà abonné ?

L’inévitable et (irréversible) déclin des glaciers alpins

Le glacier de la mer de glace diminue de manière alarmante d’années en
années à cause du réchauffement climatique. • © Didier Albrand / F3 Alpes

Les glaciers des Alpes dans leur ensemble, sont soumis à un réchauffement exponentiel, d’une ampleur qui laisse présager de leur fin dans un avenir très proche.

Les conséquences
▶ Augmentation du niveau de la mer : Les glaciers jouent un rôle crucial dans le maintien de l’équilibre hydrologique de la Terre.
▶ Pénurie d’eau douce : Les glaciers sont également une source importante d’eau douce. Leur fonte fournit de l’eau aux rivières et aux réserves souterraines pendant les périodes de sécheresse.
▶ Perturbation des écosystèmes : Les glaciers abritent une biodiversité unique, adaptée à des conditions froides et spécifiques.
▶ Changements climatiques accélérés : Les glaciers jouent un rôle important dans la régulation du climat en réfléchissant une grande partie du rayonnement solaire dans l’espace.
▶ Impact sur l’économie et les communautés : De nombreuses régions dépendent du tourisme lié aux glaciers pour leur économie locale.

17 juin 2023 à13h45 à Tschiervaglacier en Suisse.
Spectaculaire effondrement de parties d’un glacier suspendu
Comparaisons récentes de 2023 avec le passé des glaciers de la Bernina en Suisse

Les Alpes se désagrègent sous nos yeux.
Les scientifiques spécialistes des Alpes constatent une accélération de la dislocation, en liaison directe avec le réchauffement climatique.
La hausse des températures, notamment lors de canicules entraînent non seulement la fonte et le recul des glaciers, mais aussi le dégel du permafrost, les parties du sol qui ne dégèlent jamais, qui a pour rôle d’agglomérer la roche.
C’est tout un équilibre qui se fracture !

Y’a-t-il encore une perspective pour ralentir ce déclin ? Une lueur dans les ténèbres ? Un espoir, même ténu ?
Selon la glaciologue Heïdi Sevestre tout n’est pas perdu.
« L’avenir de la moitié des glaciers est véritablement entre nos mains »

Les Météorologues

Le météorologue prévisionniste
Prévoir la météo c’est un métier avec un solide cursus d’études, mais aussi une vocation, un sacerdoce.
Un bon météorologue prévisionniste se base sur des faits scientifiques avérés, afin d’évaluer dans le temps l’évolution complexe des divers paramètres qui vont intervenir pour déterminer une situation, et anticiper les risques climatiques.
Cela implique de comprendre les incertitudes et les limites des prévisions.
De communiquer clairement les situations aux utilisateurs et au public.

Le météorologue amateur
Le météorologue amateur est un passionné qui observe, enregistre et analyse les conditions météorologiques dans sa propre région, en utilisant des équipements de mesure tels que des stations météorologiques, des thermomètres, des baromètres et des anémomètres.
L’amateur de météorologie a aujourd’hui la possibilité d’utiliser des outils performants, mis à disposition par des sites spécialisés, amateurs et / ou professionnels.
Son rôle est important au niveau local et les informations recueillies par son installation, permet de compléter celles collectées par les organisations professionnelles.
Le rôle du météorologue amateur est aussi de s’intéresser et de contribuer à l’étude et à la compréhension des phénomènes météorologiques.

Mais pour rester crédible il ne faut pas céder à la tentation de se substituer aux professionnels.

Les remarquables photos d’un ornithologue amateur passionné

Denis Oberson, ornithologue amateur

Il se déplace, il randonne, prend son temps, parfois pendant de longs instants il observe.
Et clic, il appuie sur son déclencheur, mitraille au besoin pour obtenir le meilleur.
Il en connaît un bout sur les oiseaux régionaux !
Lors de ses déplacements, il les identifie parfaitement et si le doute s’insinue, il puise dans sa documentation très exhaustive.
S’il croise des mammifères ou des insectes, il les observe à l’identique, et de même, il n’hésite pas à les fixer pour la postérité.

Un jour au hasard de l’une de ses randonnées, lors de la rencontre fortuite avec un loup à six kilomètres du centre de la ville de Genève, il a eu l’aubaine de quelques beaux clichés.

Loup gris – Canis lupus ♦ ©D.Oberson
Loup gris – Canis lupus ♦ ©D.Oberson

Super Denis !
Tout en sensibilité et plein d’empathie pour cette nature que nous devons préserver et envers qui nous avons un devoir de protection.
Ses photos nous révèlent un magnifique témoignage de ce qu’il est encore possible de sauvegarder.

Page 1 of 3

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén